Ma valise idéale pour la mater

Autant la valise du futur bébé est toujours prête très à l’avance et préparée avec une check-list hypra précise, autant celle de la maman est souvent faite un peu à l’arrache… Et outre le grand bonheur de rencontrer enfin son bébé, la maman doit affronter un petit coup de blues qui combine émotions/fatigue/excitation/peur… Ce n’est pas le moment où l’on se sent le mieux dans ses pompes. Raison de plus pour ne pas négliger le petit sac de voyage de la maman… Chacune y met évidemment ce qu’il veut, mais il y a quelques essentiels. Perso, j’ai affiné ma liste en m’inspirant de mes grossesses et de celles de mes copines.

- Des fringues confortables et amples. J’ai toujours accouché en plein été. Du coup, les robes sont bien pratiques. Mais attention, il faut prendre une grande taille ou une coupe grossesse. Lors de mon premier accouchement, j’avais bêtement cru que l’on perdait pas mal de poids au moment de la “délivrance” (oui, je sais, je vivais au pays des Bisounours)… De fait, j’avais opté pour une robe vachement chouette, mais un chtouille trop serrée. Après la troisième infirmière qui m’a demandé dans les couloirs “C’est pour quand ? ”, alors que j’avais accouché deux jours avant, j’ai brûlé ma robe et réenfilé fissa mes robes de grossesse que je ne pouvais plus supporter, mais qui avaient l’avantage de masquer “mon état”.

- Du maquillage. Eh oui ! Histoire de se ravaler un peu la façade pour les photos que vos visiteurs ne manquent pas de prendre. Douleur + manque de sommeil = tronche de mort-vivant. Un coup de blush, un peu de mascara et hop ! ça va tout de suite mieux.

- Des ballerines confortables. Je suis contre les “pantoufles”. Alors, à la maternité, c’est encore pire. Déjà qu’en général, la femme qui vient d’accoucher n’a pas une démarche digne d’un podium, traîner dans les couloirs en savates ne fait qu’empirer les choses. Suite à mon accouchement, j’ai gonflé des jambes comme jamais. Des poteaux. Les tongs étaient exclues pour cause de saucissonnage de pied, j’avais apporté des babouches tunisiennes (vous voyez celles qui sentent un peu la chèvre :)). Malheureusement, la babouche ne se pratique pas en extérieur, pour la sortie de la mater, j’avais donc dû demander à mon mari de m’apporter une paire de Nike (à lui). C’étaient les seules chaussures dans lesquelles je pouvais glisser (enfoncer en bourrinant) mes délicats petons (les boudins au bout des poteaux). En terme de glam, on atteignait le niveau zéro, mais c’était confortable.

- Une taie d’oreiller perso. J’ai accouché dans un hôpital parisien. Le linge de lit APHP est d’un jaune pâle positivement terrible pour le moral. Une petite touche de goût dans votre chambre ne fera pas de mal.

- Du shampooing sec. Certaines femmes, notamment celles qui accouchent par césarienne, ne peuvent pas se lever tout de suite, et encore moins aller se doucher. Après les efforts de l’accouchement et la chaleur (la plupart des mater ne mettent pas la clim), il arrive que le cheveu ne soit pas net-net. Le shampooing sec, c’est pratique, rapide et efficace.

– Un petit carnet et un stylo. Idéal pour noter les heures des tétées ou les doses prises au biberon.

Évidemment, à cette liste j’ajoute toujours du gel douche perso, de la crème hydratante, des culottes jetables (les espèces de filets que l’on te file à la maternité sont justes immondes !)…

Et vous, quels sont les petits indispensables que vous avez glissés dans votre valise ?

Merci à Charlotte du jour pour l’illustration.

3 commentaires pourMa valise idéale pour la mater

  • Elo

    un brumisateur ! plutôt deux voire trois pour cet été!

  • Estelle

    @Elo : exact ! J’avais zappé le brumisateur, indispensable évidemmment !

  • Cleo

    Bonjour,

    J’avais vu sur les listes qui traînent sur internet 2 choses qui peuvent paraître facultatives mais qui ont rendu mon séjour à la maternité beaucoup plus agréable:
    – une petite lampe de chevet: perso j’avais prise ma lampe de camping décathlon (à dynamo). Génial pour bouquiner le soir quand bébé dort, pour allaiter la nuit ou aller aux toilettes sans devoir allumer l’horrible néon au dessus du lit (qui réveille maman, bébé et la colocataire si chambre double)
    – un torchon ou une serviette de table: parce que pas de serviette avec les plateaux repas (ou une riquiqui en papier). Parce que à manger dans un lit, on finit tjs par s’en mettre partout!

Faire un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>