Occuper les enfants le mercredi… quand il pleut !

Le mercredi, je ne travaille pas.
Pour être tout à fait honnête, ce n’est pas la journée la plus reposante de ma semaine (je me lance : suis-je la seule à penser que travailler, c’est plus facile que de s’occuper de ses enfants ? ;-)), mais je n’y renoncerais pour rien au monde. D’abord, parce que la petite demi-heure supplémentaire du matin où l’on peut trainer en pyjama et prendre un petit-déjeuner ensemble EN MEME TEMPS en parlant d’autre chose que de l’école est délicieuse. Ensuite, parce que je fonds quand je vois mon loulou enfiler son kimono pour aller au judo (il dit « Kung Fu » depuis qu’il a vu Kung Fu Panda). Toutes ces mini-portions qui saluent avec sérieux le tatami (c’est le tapis, mais faut pas dire tapis, sinon t’assures pas comme maman) et qui obéissent au doigt et à l’œil à un type en pyjama bleu (alors que toi tu peux toujours te gratter pour qu’au bout de trois fois il accepte de venir déjeuner), c’est un spectacle dont je ne voudrais me passer sous aucun prétexte… Et puis il y a mille autres raisons, plus ou moins évidentes.

Le problème, c’est qu’en ce moment, il pleut tout le temps. Les balades dans le parc l’après-midi (le judo c’est le matin), niet. Le manège du Champs de Mars tout boueux, beurk, la piscine, moyen. Les expos, le théâtre de guignol, les spectacles, tout ça, on pourrait, mais souvent, quand il pleut à verse et que les autobus sont bondés de gens reniflants et toussotants, j’ai juste la flemme de sortir. Alors quand il a épuisé les plaisirs de la lecture et du farfouillage dans sa chambre (2 activités qui selon moi ont de l’intérêt en soi), je me creuse l’esprit pour trouver de nouvelles idées de choses intéressantes à faire ensemble (avec sa petite sœur à côté).

Je vous donne ici quelques idées qui, je l’espère, pourront vous être utiles, et que je serais ravie d’échanger avec les vôtres (il faut des réserves pour ne jamais être à court !).

La collection de photomatons
Le photomaton vintage de chez Bonton (dans la boutique du boulevard Beaumarchais), vous connaissez ? Hum, les mamans bobos parisiennes se reconnaîtront… ;-) C’est un vrai photomaton, avec 4 prises différentes, comme on en voyait n’importe où dans le métro avant, et où on allait se tirer le portrait (et la langue) avec les copines du lycée. Bref, c’est nostalgie à mort, mais canon avec les enfants. J’ai une copine qui y va avec son bébé tous les mois à la même date, avec, chaque fois, une personne différente. Elle colle tout dans un joli album spécial, le résultat est top ! Bref, quand il pleut, le boulevard Beaumarchais, ça fait un peu loin. Alors, nous allons au photomaton virtuel ! Sur laphotocabine.com, on s’y croirait ! On peut se prendre en photo 4 fois (avec une webcam) et le résultat sort en format photomaton… qu’on peut sauvegarder en .jpg. Après, moi, je tire les meilleurs clichés sur mon imprimante photo (mais vous pouvez le faire tirer comme n’importe quelle photo sur pixmania par exemple…). Nous avons maintenant une jolie collection qui décore la chambre de mon loulou et notre réfrigérateur…

Bonton, 5 boulevard des Filles du Calvaire, 75003 Paris
http://www.laphotocabine.com/

Le jeu télévisé
J’ai mis au point un genre de « Questions pour un champion » que mon fils adore. J’utilise pour cela les éventails de questions des Incollables (en librairie) que vous connaissez sans doute (il ne faut pas hésiter à acheter le niveau au-dessus par rapport à l’âge de votre enfant, quitte à trier ensuite les questions qui vous paraissent trop difficiles). Jouer aux incollables, cela n’a rien de très nouveau, mais ce qui lui plaît, c’est le baratin autour. Je prends ma voix de présentateur ultra-ringard (qui tient plus du démonstrateur électroménager devant les Galeries Lafayette que de Jean-Pierre Foucault), et je souhaite « la bienvenue à nos candidats sur le plateau de notre grrrrande émission du mercredi », je « leur » propose de prendre place, de se présenter à nos téléspectateurs, de dire quelle est « leur » couleur préférée, « leur » menu idéal  (moi il me dit que c’est les saucisses, les frites, et… les quenelles, oui oui, à chaque fois ça m’éclate !).Et j’enchaîne avec les questions, on n’oubliant jamais « d’applaudir très fort nos candidats », ni de prévoir une « coupe » de récompense (plutôt une sucette ou une babiole qu’une vraie coupe).
Bref, vous voyez quoi. Rien de révolutionnaire, mais je peux vous dire que quand je dis « on va jouer au jeu télévisé » (presque tous les mercredis), à chaque fois c’est la fête !

Comment on dit…
Mon fils est fasciné par l’anglais, je ne sais pas pourquoi. Il est vrai que je regarde toujours les films en VO et que quand je l’attendais j’ai été alitée plus d’un mois, donc je regardais DVD sur DVD, est-ce que c’est pour ça ? :-) Il est vrai aussi qu’une maman d’un des élèves de sa classe vient leur donner de petits cours et qu’elle est très gentille, c’est peut-être juste ça ! Globalement, je crois que les enfants son souvent attirés par les autres langues. Bref, il a appris pas mal de mots à l’école, et comme ça l’intéresse, je lui en ai appris d’autres. Donc on joue à « Comment on dit « chat » en anglais ? » ou « Comment on dit merci en anglais ? » etc. Ça peut vous paraitre bateau, mais essayez donc avec le vôtre ! Ça marche nickel en voiture, et on peut faire pareil dans toutes les autres langues… ça laisse de quoi faire ! :-)

Le vernissage
Comme tous les enfants, mon loulou est un artiste. Comme toutes les mamans, je suis béate d’admiration devant ses dessins, ses peintures, bref « l’ensemble de son œuvre » ;-) Donc, une fois je lui ai proposé d’en faire pas mal, avec un thème donné (mais ce n’est pas obligé d’avoir un thème) pour faire une exposition le soir pour son papa. On a accroché tous les tableaux dans le salon et dans la salle de jeu (on en a même encadré certains avec des baguettes de bambou pour faire plus sérieux), on a fait un carton pour le vernissage et une affiche annonçant l’exposition qu’on a collée sur la poste d’entrée. Quand son papa est rentré, il a été très flatté d’être convié au vernissage d’un artiste dont la cote monte en flèche ces temps-ci ;-). Il a acheté plusieurs œuvres, moi aussi, et tous les gens qui sont venus à tour de rôle (et qui nous ressemblaient beaucoup) aussi. Donc l’artiste s’est retrouvé avec un petit pécule, et je me demande si ce n’est pas ça qu’il a préféré ! Bref, je ne l’ai fait qu’une fois pour l’instant, mais je vous donne quand même l’idée parce que ça l’a quand même occupé TOUTE l’après-midi, cette affaire !

Le recueil de blagues Carambar
Le niveau des blagues Carambar, qui avait beaucoup baissé il y a quelques temps, s’est de nouveau amélioré, vous avez remarqué ? Moi oui. Il faut dire qu’à la maison, il nous arrive d’en manger. Un peu. Moi c’est plutôt les Carambars classiques au caramel, que je m’enfile par paquets, mais en cachette, en cas de stress ou de gros texte à rendre de façon urgente. Et pour mon loulou/ma nièce/les amis, j’ai adopté les minis. Comme vous ? Bon. Alors moi, les blagues Carambar rigolotes, je les garde, et je les colle dans un petit carnet. Maintenant, c’est un réflexe pour mon fils. Quand on tombe sur une bonne il dit « celle-là il faut la mettre dans le carnet ». Et on la met. Quand on lui raconte une blague drôle et qu’on veut s’en souvenir, c’est moi qui l’écris, et on recopie aussi celles qu’on trouve dans Pomme d’Api ou les autres magazines. Donc, tout ça pour dire que dans les moments « vides », par exemple quand j’ai les mains occupées et que j’ai besoin qu’il reste tranquille à côté de moi, on va chercher le carnet, et je lui relis les blagues et les devinettes. C’est tout bête, mais franchement ça dépanne. Bien sûr, il y a des livres de blagues qu’on peut acheter tous faits. Mais croyez-moi, rien ne vaut un recueil perso de bonnes blagues récoltées avec amour et petit à petit…

La pâtisserie
J’aurais pu la mettre en premier, car c’est un peu mon premier réflexe avec les enfants, mais c’est peut-être déjà le vôtre aussi ! Quand j’étais petite, j’invitais ma copine Camille à la maison et on faisait des sablés toute l’après-midi. Ma mère les mettait au four, et le soir, on était super fières de voir mon père les dévorer en se léchant les babines tel le loup des petits cochons. La pâtisserie, c’est magique pour des petites mains ! Doser, mélanger, goûter…
Là-dessus, je n’ai rien à apprendre à toutes les pros des sablés, crêpes et autres gâteaux au yaourt. Par contre, pour les autres, je recommande chaleureusement les livres de Michel Oliver, La Pâtisserie est un Jeu d’enfant, mais aussi La Cuisine est un jeu d’enfant (pourquoi s’arrêter à la pâtisserie ?), qui sont de petits chefs-d’œuvre d’intelligence pratique. Ils ne datent pas d’hier (c’était déjà ma bible à 5 ans), mais je ne crois pas que l’on ait fait mieux depuis (si vous avez des titres à me donner, je suis preneuse !). Les enfants peuvent réellement faire les recettes presque tout seul (enfin, ca dépend à quel âge bien sûr !), en dosant les ingrédients à l’aide d’un récipient de référence (à définir au début).
Mais il y a des variantes à la séance de base avec maman : inviter un copain (ou deux) pour faire la recette ou… inviter un copain ou deux pour manger le résultat ! On peut même faire un petit stand de gâteaux sur une petite table d’enfant, avec un torchon pour faire comptoir, et hop, on joue au pâtissier, les copains viennent acheter les bons gâteaux qui sortent du four !

Merci à Charlotte du Jour pour l’illustration

Ajout en passant :
Ne manquez pas la vente privée de la Carrera Trio de Jané CE VENDREDI 25 juin à la Boutique Privée Bébéours
Des prix canons, et un super plan pour les futures mamans de l’été !

2 commentaires pourOccuper les enfants le mercredi… quand il pleut !

Faire un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>